La colocation a le vent en poupe, et pas seulement chez les étudiants. De plus en plus de Belges choisissent de partager leur logement par goût, commodité ou nécessité. C’est aussi le cas des expatriés, notamment à Bruxelles, où la communauté internationale atteint 35 % de la population. Qu’en est-il des assurances ?

En dépit des spécificités de votre situation personnelle, vous avez tout intérêt à souscrire une police incendieafin de vous prémunir contre tous les dégâts éventuels au bien loué (incendie, dégât des eaux, catastrophe naturelle, bris de glace, vol…). Songez aussi à y inclure un volet responsabilité civile pour couvrir les dommages occasionnés à des tiers sous votre responsabilité, y compris à vos colocataires.

Pour les compagnies d’assurances, le fait d’habiter seul ou à plusieurs n’a pas d’influence sur la hauteur des montants à assurer puisque ceux-ci sont calculés en fonction de la valeur du bien que vous habitez, voire de son contenu si vous avez souscrit une garantie vol. Même chose pour la RC : en cas de dommages causés à des tiers, par exemple suite à un incendie ou une inondation, toute la maisonnée est solidairement responsable.

Preneur

Dans un contrat d’assurance, il peut y avoir plusieurs assurés mais un seul preneur : l’interlocuteur de la compagnie. En tant que colocataires, le plus simple est de regrouper l’ensemble des assurés dans le cadre d’une police unique. Attention, le preneur sera tenu de payer les primes – même si ses partenaires lui font défaut !

Chacun sa police ?

Si les parties du logement occupées par les colocataires sont très inégales ou si aucun ne souhaite assumer seul le rôle du preneur, vous pourriez être tenté de laisser à chacun le soin de s’assurer séparément. Concrètement, rien ne s’y oppose. Mais les parties communes devront malgré tout faire l’objet d’un contrat complémentaire avec plusieurs assurés.

Bailleur 

Une troisième solution de plus en plus courante consiste à s’entendre avec le bailleur pour qu’il couvre lui-même l’immeuble en insérant dans son contrat une clause d’abandon de recours contre les occupants – quitte à répercuter le coût de cette assurance dans les loyers. La responsabilité des colocataires est alors couverte en cas de sinistre pour tout ce qui concerne le bâtiment et les tiers. À charge pour eux de souscrire une ou plusieurs assurances individuelles afin de couvrir le contenu contre l’incendie, le dégât des eaux mais aussi le vol.

Etudiant en kot 

Si le colocataire est un étudiant en kot qui reste domicilié chez ses parents, sa responsabilité locative pourra être couverte par leur assurance incendie en cas de dégâts occasionnés au kot (incendie, dégâts des eaux, etc.).

Plus d’infos ? Contactez-nous.

Colocataires devez-vous être co-assurés

Laisser un commentaire

Recevez des offres et conseils exclusifs dans votre boite mail. 
Je m'inscris.
close-image
%d blogueurs aiment cette page :